Université de M’Sila

Géolocalisation sur la carte : Algérie

L‘université de M’Sila – Mohamed Boudiaf est une université publique algérienne située à M’Sila en Algérie.

L’établissement a débuté en 1985 par l’ouverture d’un institut d’enseignement supérieur en mécanique, suivi en 1989 par ceux de génie civil et de gestion des techniques urbaines. En 1992, il est devenu centre universitaire et, en 2001, il a accédé au statut d’université avec quatre facultés et 23 départements. Selon les statistiques de l’université pour l’année 2013, le nombre de facultés et d’instituts, a augmenté à 7 et 2 respectivement. Cependant, le nombre de laboratoires de recherche au sein de l’établissement et qui sont agréés par le ministère de l’Enseignement supérieur et de Recherche scientifique a augmenté de 7 à 23 laboratoires.

L’université de M’Sila peut accueillir 36 217 étudiants et dispose de 10 000 lits en résidence universitaire.

L’établissement porte le nom de Mohamed Boudiaf.

L’université de M’Sila est composée de sept facultés et de deux instituts[réf. souhaitée] :

Depuis le début des années 2000, l’université de M’Sila développe des projets de recherche dans différents domaines (mathématiques, physique, biologie, informatique, littérature, etc.).

L’université de M’Sila dispose des laboratoires de recherche suivants :

Elle comprend les services suivants :

English personal property law

English personal property law is a branch of English property law concerned with non-land based property interests.

The division of property into real and personal represents the division into immovable and movable incidentally recognized in Roman law and generally adopted since. „Things personal,“ according to Blackstone, „are goods, money, and all other movables which may attend the owner’s person wherever he thinks proper to go“ (Comm. ii. 16). This identification of things personal with movables does not express the English law, owing to the anomalous position of chattels real. In England, real property is supposed to be superior in dignity to personal property, which was originally of little importance from a legal point of view. This view is the result of feudal ideas, and had no place in the Roman system, in which immovables and movables were dealt with as far as possible in the same manner, and descended according to the same rules.

Personal estate is divided in English law into chattels real and chattels personal; the latter are again divided into choses in possession and choses in action.

Interest in personal property may be either absolute or qualified. The latter case is illustrated by animals ferae naturae, in which property is only coextensive with detention. Personal property may be acquired by occupancy (including the accessio, commixtio, and confusio of Roman law), by invention, as patent and copyright, or by transfer, either by the act of the law (as in bankruptcy, judgment and intestacy), or by the act of the party (as in gift, contract and will).

There are several cases in which, by statute or otherwise, property is taken out of the class of real or personal to which it seems naturally to belong. By the operation of the equitable doctrine of conversion money directed to be employed in the purchase of land, or land directed to be turned into money, is in general regarded as that species of property into which it is directed to be converted. An example of property prima facie real which is treated as personal is an estate pur autre vie, which, since 14 Geo. II. c. 20, s. 9,1740-1741(now replaced by the Wills Act 1837, s. 6) is distributable as personal property in the absence of a special occupant. Examples of property prima facie personal which is treated as real are fixtures, heirlooms, such as deeds and family portraits, and shares in some of the older companies, as the New River Company, which are real estate by statute. In ordinary cases shares in companies are personal property, unless the shareholders have individually some interest in the land as land.

The main differences between real and personal property which still exist in England are these.

The terms heritable and movable of Scots law to a great extent correspond with the real and personal of English law. The main points of difference are these.

The law in the United States agrees in most respects with that of England. Heirlooms are unknown, one reason being, no doubt, that the importance of title-deeds is much less than it is in England, owing to the operation of the Registration Acts. Long terms in some states have annexed to them the properties of freehold estates. In some states, estates pur autre vie descend like real property; in others an estate pur autre vie is deemed a freehold only during the life of the grantee; after his death it becomes a chattel real. In yet other states, the heir has a scintilla of interest as special occupant. In some states, railway rolling stock is considered as purely personal; in others, it has been held to be a fixture, and so to partake of the nature of real property. Shares in some of the early American corporations were, like New River shares in England, made real estate by statute, as in the case of the Cape Sable Company in Maryland. In Louisiana, animals employed in husbandry are, and slaves were, regarded as immovables. Pews in churches are generally real property, but in some states they are made personal property by statute. The assignment of choses in action is generally permitted, and is in most states regulated by statute. U. W.)

Волков, Михаил Иванович

21 ноября 1921(1921-11-21)

д. Морская Заимка, Партизанский район, Красноярский край

20 декабря 1987(1987-12-20) (66 лет)

Вильнюс

СССР СССР

артиллерия

1942—1972

1-я гвардейская мотострелковая дивизия

Великая Отечественная война

Михаил Иванович Волков (1921—1987) — полковник Советской Армии, участник Великой Отечественной войны, Герой Советского Союза (1945).

Михаил Волков родился 21 ноября 1921 года в деревне Морская Заимка (ныне — Партизанский район Красноярского края) в крестьянской семье. После окончания начальной школы работал в колхозе, был прицепщиком, затем трактористом. С 1939 года учился в школе техников железнодорожного транспорта. В 1942 году Волков был призван на службу в Рабоче-крестьянскую Красную Армию. В августе того же года окончил Томское артиллерийское училище. С декабря 1942 года — на фронтах Великой Отечественной войны. Принимал участие в боях на Западном, Брянском, Калининском, 1-м Прибалтийском, 3-м Белорусском фронтах. Три раза был ранен. Участвовал в боях на Жиздре, Орловской операции, боях под Невелем, Городокской, Белорусской, Гумбинненской операциях. К июлю 1944 года гвардии старший лейтенант Михаил Волков командовал батареей 35-го гвардейского артиллерийского полка 1-й гвардейской мотострелковой дивизии 11-й гвардейской армии 3-го Белорусского фронта. Отличился во время форсирования Немана.

14 июля 1944 года Волков одним из первых в своём подразделении переправился через Неман в районе города Алитуса Литовской ССР и огнём своей батареи содействовал успешному захвату советскими частями плацдарма на западном берегу реки.

Указом Президиума Верховного Совета СССР от 24 марта 1945 года за «образцовое выполнение боевых заданий командования на фронте борьбы с немецкими захватчиками и проявленные при этом мужество и героизм» гвардии старший лейтенант Михаил Волков был удостоен высокого звания Героя Советского Союза с вручением ордена Ленина и медали «Золотая Звезда» за номером 4210.

В дальнейшем участвовал в Инстербургско-Кёнигсбергской операции, штурме Кёнигсберга, боях на Земландском полуострове, в том числе за Пиллау. После окончания войны продолжил службу в Советской Армии, командовал батареей, дивизионом, полком 26-й гвардейской стрелковой дивизии. С 1961 года Волков был начальником отдела и военным комиссаром одного из районных военных комиссариатов Вильнюса. В 1972 году в звании полковника он был уволен в запас. Проживал в Вильнюсе, был пенсионером союзного значения. Похоронен в Вильнюсе на кладбище Антакальнё.

Был также награждён орденами Отечественной войны 1-й и 2-й степеней, а также рядом медалей.

Syracuse Stone Railroad

The Syracuse Stone Railroad, incorporated in Syracuse, New York, on May 13, 1836, was granted approval by the State to build a road from Syracuse to local quarries in Onondaga, New York.

The road was chartered on the same day as the Syracuse and Onondaga Railroad which was organized for the same purpose and completed on October 16, 1838. The Syracuse Stone Railroad was abandoned before construction was even started and was consolidated into the Syracuse and Onondaga Railroad.

The Syracuse Stone Railroad Company was approved after the passage of two acts by the New York State Legislature on May 13, 1836, incorporating two companies, each with power to construct a railway from Syracuse to the quarries located southwest of the city.

The first act created the company „for a period of fifty years. The road was intended to terminate in Onondaga, New York at Benedict’s quarries; however, was never built.

The second act created the Syracuse and Onondaga Railroad Company for the same purpose. The goal was to construct a railroad between the village of Syracuse and local stone quarries in Split Rock, New York. It was completed on October 18, 1838.

The quarries were on land owned by Henry Benedict, a „well-known character in his day,“ and were called the „Benedict“ stone quarries. The land owned by Benedict lay on what was then termed, „the stonehouse farm.“

The State of New York also gave the road the authority to purchase stone quarries „as might be wanted“ for carrying on its operations.

The incorporators were Moses D. Burnet, Elihu Walter, Stephen W. Cadwell, Harmon W. Van Buren, and Stephen Smith, all from Syracuse. The officers acted as commissioners and were required „to open within one year subscription books and distribute the stock.“ The capital was $75,000 and shares were valued at $100.

For several months after the charter was obtained, a „sharp rivalry“ existed between the company officers and the officers of the Syracuse and Onondaga Railroad; however, they did eventually reach a compromise and the two roads were combined before the construction of the Syracuse and Onondaga Railroad was complete on October 16, 1838.

V Corps (Grande Armée)

The V Corps of the Grande Armée was a military unit during the Napoleonic Wars. The corps was originally formed in 1805 and was reorganized several times until it was discontinued in 1815.

In 1805–1807 the corps was constituted mainly of French troops, and was commanded by Marshals Jean Lannes, Édouard Mortier, François Joseph Lefebvre and André Masséna as well as Général de Division Anne Jean Marie René Savary.

In 1812, the V Corps was made up entirely of Polish soldiers from the Duchy of Warsaw under the command of General Józef Poniatowski. It was one of several non-French corps of the Grande Armée and at its peak consisted of around 36,000 soldiers. The corps took part in Napoleon’s invasion of Russia and fought in the Battle of Smolensk and the Battle of Borodino.

It suffered heavy casualties during winter retreat, but managed to reach Warsaw and later was reinforced with new recruits. In 1813, they went to Saxony, passing Bohemia. The corps was temporary disbanded with the remaining troops, and Poniatowski was reassinged to the VIII Corps.

After the disastrous Russian campaign, the V Corps was rebuilt in Magdeburg from newly formed French units in spring 1813. These troops were under command of General of Division Jacques Lauriston. Participating in the War of the Sixth Coalition the corps was disbanded again after Napoleon’s abdication.

In March 1815, V Corps was rebuilt again and placed under command of General of Division Jean Rapp. Ordered to defend the north-eastern frontier of France, it missed the Battle of Waterloo; instead winning the Battle of La Suffel.

The V Corps varied in strength and organization. In the beginning of each campaign it had:

Echinopsis glauca

Echinopsis glauca

Echinopsis glauca ist eine Pflanzenart aus der Gattung Echinopsis in der Familie der Kakteengewächse (Cactaceae). Das Artepitheton glauca stammt aus dem Lateinischen und bedeutet ‚blaugrün‘ oder ‚graublau‘.

Echinopsis glauca wächst strauchig, verzweigt von der Basis und bildet offene Gruppen von 1 bis 2 Metern Höhe. Die zylindrischen, glauk graugrünen Triebe erreichen Durchmesser von 5 bis 8 Zentimeter. Es sind sieben bis neun Rippen vorhanden, die gekerbt sind. Die auf ihnen befindlichen grauen Areolen stehen 1 bis 2 Zentimeter voneinander entfernt. Aus ihnen entspringen gerade, steife und bräunliche Dornen, die im Alter vergrauen. Die drei bis sechs ausgebreiteten, pfriemlichen Mitteldornen sind 2 bis 8 Zentimeter lang. Die sieben bis zehn nadeligen Randdornen weisen eine Länge von 0,8 bis 1,5 Zentimeter auf.

Die lang trichterförmigen, weißen Blüten öffnen sich in der Nacht und bleiben bis in den nächsten Tag hinein geöffnet. Sie sind 13 bis 19 Zentimeter lang. Die grünen Früchte sind bis zu 4 Zentimeter lang.

Echinopsis glauca ist in der peruanischen Region Arequipa sowie im Süden der benachbarten chilenischen Region Arica auf trockenen Küstenhügeln in Höhenlagen von 500 bis 2900 Metern verbreitet.

Die Erstbeschreibung als Trichocereus glaucus durch Friedrich Ritter wurde 1962 veröffentlicht. Heimo Friedrich und Gordon Douglas Rowley stellten die Art 1974 in die Gattung Echinopsis.

In die Art als Synonym einbezogen wurden Trichocereus glaucus f. pendens F.Ritter (1962), Trichocereus glaucus var. pendens (F.Ritter) Backeb. (1966) und Echinopsis glauca f. pendens (F.Ritter) H.Friedrich & G.D.Rowley (1974).

In der Roten Liste gefährdeter Arten der IUCN wird die Art als „Data Deficient (DD)“, d.h. mit keinen ausreichenden Daten geführt.

Héraldique

L’héraldique est la science du blason, c’est-à-dire l’étude des armoiries (ou armes). C’est aussi un champ d’expression artistique, un élément du droit médiéval et du droit d’Ancien Régime. Actuellement, elle constitue une science auxiliaire de l’histoire au même titre que la sigillographie, la vexillologie, la phaléristique, la diplomatique…

L’héraldique s’est développée au Moyen Âge dans toute l’Europe comme un système cohérent d’identification non seulement des personnes, mais aussi en partie des lignées (le blason pouvant être transmis par héritage en traduisant le degré de parenté) et des collectivités humaines, ce qui en fait un système emblématique unique en un temps où la reconnaissance et l’identification passaient rarement par l’écrit.

Apparue au XIIe siècle au sein de la chevalerie, elle s’est rapidement diffusée dans l’ensemble de la société occidentale : clercs, nobles, bourgeois, paysans, femmes, communautés… Ensuite, on s’en est également servi pour représenter des corporations de métiers, des villes et plus rarement des régions, des pays.

Blason est un mot d’origine obscure qui vient peut-être du francique blâsjan (torche enflammée, gloire), ou du mot germanique blasen sonner du cor. Selon M. Guerard le mot blasus figurant dans le Polyptyque d’Irminon signifierait « arme de guerre », mais ni Du Cange ni les autres dictionnaires de latin médiéval ne reprennent cette signification. « Blasonner » signifie décrire des armoiries suivant les règles de la science héraldique. Au sens strict, le blason est donc un énoncé, qui peut être oral ou écrit. C’est la description des armoiries faite dans un langage technique, le langage héraldique.
Le blasonnement est l’action qui consiste à décrire des armoiries (et donc à énoncer le blason qui est représenté). La science du blason est très ancienne, elle se fonda moins d’un siècle après que la mode des armoiries se fut établie au Moyen Âge.

Les définitions ci-dessous sont précises, mais cette précision est loin de refléter l’usage réel, et reste donc très théorique. En pratique, les termes « blason », « armes », « écu »… sont souvent employés les uns pour les autres, aussi bien dans des ouvrages de vulgarisation, que dans les travaux d’auteurs faisant autorité.

L’usage des armoiries vient de l’évolution de l’équipement militaire entre le XIe siècle et le XIIe siècle, qui rend progressivement impossible de reconnaître le visage d’un chevalier. Le casque des chevaliers (qui figure encore dans les ornements extérieurs) enveloppait progressivement la face: le nez devient protégé par un nasal, la coiffe du haubert (qui protège la tête et le cou) tend à couvrir le bas du visage, puis le casque est fermé par une vantaille (grille), puis définitivement clos par un mézail (visière mobile).

Pour se faire reconnaître dans les mêlées des batailles et des tournois, les chevaliers prennent alors l’habitude de peindre des figures distinctives sur leurs boucliers (meubles et pièces, ou figures géométriques) et de porter une couronne et/ou un cimier sur leur heaume, qui peu(ven)t aussi être représenté(s) dans les armoiries.

L’écuyer est un gentilhomme du moyen âge qui accompagnait un chevalier et portait son écu. À partir du moment où l’écu porte des figures distinctives, l’écuyer qui porte l’écu peut représenter le chevalier, même en son absence. L’écuyer est probablement à l’origine de la représentation des tenants, dans les ornements extérieurs.

Les cinq régions principales de l’écu (chef, cœur, flancs dextre et sénestre, pointe) renvoient aux parties du corps de l’écuyer qui porte le blason sur sa poitrine et se présente de face. Comme l’écuyer est vu de face, « dextre » et « sénestre » sont inversés en héraldique par rapport à leur signification primitive : la dextre de l’écuyer est à la gauche de l’observateur, et inversement.

La raison d’être du chevalier est de livrer bataille. La bataille lui permet de prouver sa valeur, à travers ses faits d’armes, et les rançons prélevées sur les vaincus viennent augmenter ses biens matériels.

Au départ, il n’y a pas de différence très grande entre le déroulement d’une bataille et celui d’un tournoi. Dans les deux cas, il s’agit d’une grande mêlée armée organisée sur un champ de bataille entre deux camps, où les participants respectent tout de même certaines règles de savoir-vivre. La différence est dans l’enjeu de la confrontation.

La bataille de Crécy est la première grande bataille où la « règle du jeu » n’a pas été respectée : les troupes anglaises ont livré bataille non pour obtenir gloire et rançon, mais pour neutraliser les troupes françaises (et y ont très bien réussi). Les Français ont protesté que les Anglais n’avaient pas respecté les règles du jeu (perfidement, d’où la locution « perfide Albion »), mais ces règles avaient simplement changé. À partir de cette époque, les genres se séparent. Les tournois se déroulent en champ clos, ou dans des lices (espace de circulation au pied intérieur des murailles), et les batailles deviennent de plus en plus une affaire de mercenaires et soldats, non de chevaliers.

Pour les grands seigneurs, le rôle de l’écuyer prend progressivement une dimension diplomatique, et se spécialise dans la fonction de héraut. Désarmés, sans valeur de rançon, ils bénéficient d’une immunité diplomatique avant la lettre, et peuvent se déplacer librement pour assurer leur mission, y compris dans les camps et pays ennemis. Ils sont par conséquent tenus à une impartialité et une discrétion strictes. L’activité des hérauts est régie par tout un code de droits et d’obligations.

Comme corps, les hérauts sont aisément identifiables à leur vêtement d’office, la cotte d’armes, souvent appelée tabard de nos jours. Il s’agit d’une ample tunique portée par dessus les vêtements, reprise du surcot porté par les chevaliers par dessus leur armure. Sa forme et sa richesse évoluent avec les siècles, simple drap de laine peint à l’origine, elle devient à l’époque moderne un objet très précieux, fait de velours, de draps d’or et de soie brodés. Duplication de la cotte portée par son maître dans les exercices chevaleresques, celle du héraut est frappée des armes de celui qui l’emploie. C’est un vêtement qui rend visible son porteur de loin, associant l’officier d’armes à son maître. Revêtu de sa cotte d’armes, le héraut devient un double symbolique de son seigneur, authentifiant ses dires à la manière d’un sceau et transformant toute injure faite à sa personne en une injure directe faite à son seigneur. Elle en vient donc à être le symbole de l’immunité de l’office d’armes.

Au Moyen Âge, le héraut devient un officier domestique au service d’un prince ou d’un seigneur. Dans le déroulement de la guerre, il est chargé de porter les déclarations de guerre, les sommations. Pour les chevaliers qui participent à une mêlée (que ce soit bataille ou tournoi), il peut recevoir des testaments ou des dépôts sacrés, et il assure de dignes funérailles en cas de besoin. Son rôle s’étend à tout ce qui a trait à l’honneur, il reconnaît les armes nobles et surveille les blasons, il règle les cérémonies et les jeux et témoigne des actes de valeur.

Si le blason, comme savoir, voire comme science peut se tracer depuis le Moyen Âge, c’est sa codification par les hérauts qui a amené les érudits du XVIIe siècle à nommer cette discipline science héraldique, c’est-à-dire science du héraut. Il ne faut néanmoins pas se leurrer, tous les hérauts n’étaient pas de parfaits érudits du blason et la maîtrise de ce savoir était loin d’être leur monopole.

Dans les tournois et joutes, les hérauts annonçaient le chevalier en énonçant son blason, c’est-à-dire la description des figures couvrant son bouclier, avant de nommer son titulaire. Cette pratique est à l’origine de la langue héraldique, à l’origine naturelle et comprise de tout le public. C’est cette pratique qui fonde et stabilise l’héraldique.

À partir du XIVe siècle, les hérauts sont devenus les spécialistes de l’héraldique, ou science des armoiries et blasons. Ils en codifient la composition et la description, en formulant notamment les règles du blason, voyagent et établissent des armoriaux pour peindre et retenir celles qu’ils rencontrent.

Le juge d’armes est celui qui est établi pour juger des armoiries et des titres de noblesse.

Les figures peintes sur l’écu, stabilisées et énoncées par des hérauts, donnent naissance à l’héraldique. L’héraldique est essentiellement la science des hérauts, et son origine ne peut se comprendre qu’à travers leur rôle.

Le premier élément à avoir été armorié, dans un but militaire, a donc été l’écu du chevalier. Puis ces éléments ont été repris sur tout son équipement, pour permettre de reconnaître le titulaire (sur la cotte d’armes) mais aussi le représenter (bannière) ou marquer sa propriété (caparaçons, housse ou flanchières des chevaux…).

Ce lien entre des armes et leur titulaire a ensuite été repris dans la composition des sceaux. Les armoiries sont ainsi devenues l’image de la personnalité juridique. La pratique des sceaux armoriés a étendu l’usage des armoiries à toutes les entités capables d’avoir un sceau. Cette pratique est encore vivante dans l’usage de chevalières armoriées, qui sont en principe destinées à servir de sceaux (c’est pourquoi elles sont gravées en creux).

D’abord utilisées par les chefs de guerre qui les figurent sur leur bouclier à la fin du XIe siècle, l’usage des armoiries s’étend progressivement aux chevaliers, puis à la noblesse adoubée ou non (XIIIe siècle). À travers l’identification de la personne par les armoiries, notamment dans le sceau, l’usage s’étend aux femmes et prélats nobles (fin XIIe siècle), et des prélats aux bourgeois, aux artisans et échevins, chapitres et corporations (début XIIIe siècle), communautés urbaines (début XIIIe siècle), communautés ecclésiastiques et ordres religieux, seigneuries, fiefs, provinces, universités et administrations civiles. Les armoiries ne sont en rien un privilège de la noblesse, dans certaines régions comme la Normandie, les paysans en font parfois usage.

Par ailleurs, dès le XIVe siècle, des armoiries sont attribuées à des personnages ayant existé avant la création de l’héraldique voire à des personnages mythiques ou mythologiques. Ces armoiries imaginaires relèvent de l’Héraldique imaginaire.

Devenues un signe d’identité sociale, les armes deviennent héréditaires, et désignent des maisons, c’est-à-dire des familles et des liens de parenté (XIVe siècle), puis plus généralement des liens sociaux, ce qui amène progressivement à les composer de plus en plus.

Jusqu’au XVIe siècle, les figures employées sont principalement des figures animales, en nombre assez restreint (une quinzaine d’usage courant), ainsi que quelques meubles inanimés, souvent abstraits, et, surtout, des figures géométriques. Par la suite, le répertoire s’élargit aux objets, armes, parties du corps, bâtiments…

Armorier un objet y ajoute un élément décoratif, et affirme un lien avec le titulaire, lisible y compris par ceux qui ne savaient pas lire. Les armoiries se rencontrent ainsi sur tous les témoignages du passé : documents, livres (sur la couverture ou à l’intérieur : l‘ex-libris), tapisseries, monuments, plaques de cheminées, meubles, bijoux, véhicules… L’identification des armoiries, quand elles ne sont pas fantaisistes, permet de replacer leur support dans le temps et dans l’espace social, et d’en retracer en partie l’histoire ou la provenance géographique. L’identification du titulaire est facilitée par les ornements extérieurs, notamment les ordres de chevalerie représentés. Elle peut conduire à une très grande précision, de l’ordre de l’année, lorsque celui-ci a fréquemment modifié la composition de ses armes, et la conjonction d’armes sur un même support peut conduire à des conclusions encore plus précises.

La composition d’un blason représente graphiquement la situation d’un titulaire par rapport à un certain ordre social, entre le XIIe siècle et le XIXe siècle. L’étude du blason suppose donc une certaine connaissance de la société et de son organisation en noblesse, rangs, ordres, coutumes…

Cependant, avoir des armoiries n’a jamais historiquement été l’apanage d’une classe noble.

Les armes ne sont pas nobles par nature, elles ne sont au départ que l’enseigne de leur titulaire. C’est à ce titulaire qu’il appartient de s’« ennoblir », c’est-à-dire de manifester sa noblesse par ses actes, en attirant gloire et honneur sur ses armes. La reconnaissance sociale officielle de ce caractère noble, ou « anoblissement », ne vient que reconnaître une noblesse qui a été acquise préalablement.

Le noble est essentiellement le « chef » de quelque chose, ce dont il tire gloire et honneur. Le moyen d’y accéder peut être par les armes, par violence ou usurpation, par héritage de possessions, en étant titulaire d’une charge… Dans cette logique, l’exercice efficace et durable du pouvoir est sa propre légitimation, et seul le résultat à long terme compte. Une personne est reconnue comme noble quand elle occupe durablement une situation de commandement ou de responsabilité, au point d’y identifier sa personne sociale. Les armes représentent à la fois la personne, son pouvoir actuel, et la gloire accumulée depuis parfois des générations.

Le succès attire le succès, y compris sur les membres de sa famille, et une maison « noble » tend ainsi à le rester. La direction d’une terre ou d’un territoire est généralement héréditaire, et il n’est pas toujours possible de distinguer les armes d’une terre de celles de la maison qui l’a dirigée. En revanche, une charge est généralement personnelle, si bien qu’elle est plus volontiers figurée dans les ornements extérieurs que dans les armes proprement dites.

Les armes les plus fameuses sont le signe d’une appartenance collective à laquelle on doit ou souhaite se rattacher. Le rattachement se traduit en reprenant les armes intégralement (cas du chef de lignée), avec une brisure, ou dans une composition. Ce rattachement est obtenu de droit, titre, héritage et lignée, par acquisition (fief possédé), ou par privilège acquis ou concédé. C’est un honneur de porter des armes fameuses, et cet honneur oblige en principe son titulaire à contribuer à la gloire de ces armes. C’est ce que traduit l’expression « Noblesse oblige » : le port d’armes noble signifie simplement que l’on est de noble lignée, mais ne dit rien de plus sur son caractère propre.

Le titulaire d’un blason est la « personne » que désigne ce blason. Les armes appartiennent à un certain titulaire, dont les attributs sont représentés par les ornements extérieurs. C’est l’ensemble de cette relation que représentent les armoiries. Le titulaire peut être de toute nature (individu, famille, collectivité, institution…)

La composition d’armes nouvelles traduit ce que le titulaire met en avant par rapport à un tissu de liens et de droits sociaux, symbolique primitive, mais aussi appartenance à une lignée (par les armes de sa famille), affirmation de sa généalogie (par composition des armes de ses parents, grands parents), mariage (par composition des armes du conjoint), fiefs sur lesquels on a des droits réels ou supposés, actuels ou passés… Les armes de villes ou d’institutions composent de même celles de leur fondateur ou seigneur.

Les armes proprement dites sont généralement invariables, mais les ornements extérieurs dépendent généralement du titulaire, ses titres, dignités et qualités, sa fonction ou sa condition sociale.

Les ordres de chevalerie naissent avec les croisades, autour d’ordres religieux à vocation militaire, ordre du temple, ordre du Saint-Sépulcre, ordre des hospitaliers… Comme tous les ordres monastiques, ces ordres peuvent associer des non-religieux ; l’appartenance à un ordre manifeste son association à une certaine vocation, variable selon l’ordre, et le prestige de l’ordre rejaillit sur le membre associé. À la fin du Moyen Âge, des ordres de cour sans vocation religieuse sont créés, le plus prestigieux étant l’ordre de la Toison d’Or.

Les ordres peuvent être souverains (par exemple, l’ordre de Malte). Le plus souvent, ils sont rattachés au pays ou à la maison dynastique qui l’a créé.

Les insignes d’ordre de chevalerie font généralement partie des ornements extérieurs des armoiries. Certains ordres s’inscrivent cependant en chef, dans l’écu du titulaire. Le plus souvent, il s’agit d’un collier d’ordre entourant l’écu. Quand le titulaire est membre de plusieurs ordres, l’ordre le plus prestigieux est placé à l’extérieur.

L’admission dans un ordre fait l’objet d’un acte officiel et enregistré. De ce fait, la représentation d’un collier d’ordre dans des armoiries permet d’identifier le titulaire bien plus précisément que la simple donnée des armes familiales.

En France, les ordres de chevalerie nationaux, Saint-Michel, Saint-Esprit… ont été supprimés par l’assemblée constituante, en même temps que les attributs de la noblesse. Napoléon créa l’ordre national de la Légion d’honneur, et l’ordre national du Mérite fut créé au XXe siècle.

En France, l’assemblée constituante décréta le 19 juin 1790 la suppression de la noblesse en tant que statut de la personne et de ses attributs réels ou supposés, titres et fiefs, privilèges, ordres de chevalerie, armoiries et livrées… Interdites un temps, les armoiries furent restaurées au début du XIXe siècle par Napoléon par décret du 1er mars 1808, qui en limita pendant l’empire l’usage aux nobles, limitation abolie par Louis XVIII à la restauration. Les armoiries ne sont plus à présent l’enjeu social qu’elles étaient devenues à la fin de l’ancien régime.

Le Conseil français d’héraldique (CFH, association régie par la loi de 1901), créé le 7 octobre 1984, présidé par le docteur Jean-Marie Thiébaud (1984-1998) puis par Jean-Jacques Lartigue (1998-2009), par Pierre Jaillard (2009-2013) puis de nouveau par Jean-Jacques Lartigue depuis décembre 2013, aide les communes, les associations et les particuliers à créer des armoiries et publie ces armoiries nouvelles dans l’Armorial du XXe siècle auquel a succédé l’Armorial du IIIe millénaire.

Juridiquement, les armes sont l’équivalent dessiné d’un nom propre, nom de famille ou nom de lieu, et sont accessoires à ce nom. Les armes sont une propriété régulière, transmissible héréditairement, et susceptible d’être acquise ou conférée. Le droit associé aux armoiries s’apparente à celui des marques, et c’est probablement le premier sujet sur lequel un droit international coutumier ait été élaboré.

Le droit des armes varie selon les pays et selon les époques. Un élément est cependant constant, nul ne peut se doter d’armes déjà portées par autrui. Le principal problème du droit des armes est donc, pour un titulaire, de prouver l’antériorité dans l’usage d’un blason qu’il revendique. Cette preuve est généralement apportée au moyen d’actes officiels, qui enregistrent un blason donné, ou accordent une modification dans des armes préexistantes.

Certains pays qui ont conservé une noblesse (Royaume-Uni notamment) lui imposent cependant une réglementation spécifique, voire un tribunal dédié (Écosse). En Écosse, les armoiries sont strictement personnelles, avec un système de brisures strictement appliqué pour les cadets. Cependant, le « droit » au port de telles ou telles armes est très largement une affaire de coutume.

La création des blasons bien que laissée à l’initiative de leurs futurs possesseurs, s’est dotée, dès le début, de règles plus ou moins strictes, visant à rendre l’identification efficace : lecture facile par l’emploi de couleurs franches tranchant les unes sur les autres, motifs de grande taille aux contours simplifiés facilement lisibles, et surtout unicité des armoiries (souvent non-respectée — plus par ignorance que par volonté de plagiat).

Cette volonté identitaire se traduit aussi par l’utilisation de symboles, rappels de faits marquants ou traductions de traits caractéristiques liés au possesseur (armes par allusion), ou même figuration du patronyme, n’hésitant pas devant l’à-peu-près, voire le jeu de mots (armes parlantes). Cf. ci-contre le « rébus » que constituent dans les armes de Gonesse, commune du Val-d’Oise, le gond enlacé d’une lettre S.

Mais le blason n’est pas figé et il peut évoluer en fonction :

Il peut même disparaître et être remplacé par un blason de substitution, quand le blason original a été « déshonoré » pour une action peu reluisante de son possesseur ou d’un ancêtre du possesseur ! (voir à lion, lion couard, vilené etc.)

Les règles du blason proprement dit, c’est-à-dire celles qui portent sur la composition des armes, sont implicites et coutumières. Le caractère bien ou mal constitué d’un blason s’évalue en fonction d’un « esprit héraldique ». L’évaluation s’appuie sur avis d’autorités éminentes, qui énoncent leurs leçons dans des traités d’héraldique faisant référence. Ces règles sont donc nuancées et mouvantes comme celles du bon ton ; quand les avis autorisés sont unanimes, le jugement peut être tranché, il doit être nuancé sinon, pour les cas plus marginaux.

De fait on ne connaît qu’une seule règle qui puisse s’énoncer en termes indiscutables, c’est-à-dire pour laquelle on peut déterminer avec certitude si elle est respectée ou non : « Pas de métal sur métal, ni émail sur émail », dite règle de contrariété des couleurs.

On énonce parfois deux autres règles :

Les armes sont indéniablement signifiantes et des systèmes précis et complets d’interprétation symbolique des armes ont été définis, mais de tels systèmes s’apparentent à une « mancie » (art divinatoire). Même si des armes ont été délibérément composées en référence à un tel système, ce n’est pas le cas général, et l’identification précise du système utilisé est de toute manière hasardeuse.

La valeur que peut prendre une figure dans un système particulier est propre à ce système et ne peut pas être généralisée. Si beaucoup de croisés ont porté une croix, si le besant charge souvent le blason d’un ancien croisé, on ne peut pas dire pour autant que toutes les croix héraldiques sont issues des croisades, ni même que la pièce honorable en forme de croix ait toujours une raison d’être religieuse, elle peut n’être que purement géométrique ou résulter d’une composition.

Même si l’on peut poser comme principe qu’il y a toujours une signification à chaque choix, de nombreuses armes n’ont pas de significations connues et celles données pour les autres ne sont le plus souvent que des hypothèses. L’interprétation de la symbolique se doit d’être prudente dans l’identification du contexte, le titulaire des armes ne les a pas toujours composées librement et une signification peut avoir été donnée après coup à des armes préexistantes.

Les « écus composés » peuvent correspondre à des mariages, à des pièces concédées par la grâce du Roi, ou à des acquisitions qui entraînent des droits sur les armes correspondantes, lesquels droits se traduisent graphiquement par la composition des armoiries.

La plus simple des compositions consiste à accoler deux écus, en maintenant la forme individuelle.
Au Moyen Âge, on avait l’habitude d’accoler les blasons des conjoints, le mari posé à dextre (la place d’honneur) et la femme à sénestre. Puis cette mode évolua, et l’on se mit plutôt à écarteler les blasons avec les armes des épouses : du premier et du quatrième aux armes du conjoint, du second et du troisième à celles de l’épouse.

Aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, des armes surcomposées cherchèrent, très artificiellement, à représenter systématiquement toutes les alliances et ascendances d’un personnage, par ses quartiers de noblesse, au point d’en devenir globalement illisibles. Dans ces excès, qui singent les grandes armes, la composition s’oppose à la première règle du blason, qui impose aux armes d’être simples. Il est tout à fait légitime, encore qu’un peu vaniteux, de représenter sur un même écu les armes de tous ses aïeux, bisaïeux, trisaïeux ou même quadrisaïeux (pour afficher respectivement 8, 16, 32 ou 64 quartiers de noblesse voire plus). À titre d’exemples (illustration ci-contre), le Stowe Armorial ou Armorial Grenville à Stowe a été peint par P. Sonard en 1806 pour Richard Temple-Grenville, marquis de Chandos et fils du premier duc de Buckingham et de Chandos, afin de mettre en valeur les 719 quartiers de la famille. Il est considéré comme l’un des exemples les plus extravagants de triage héraldique. Ce blasonnement est néanmoins la pièce maîtresse de la Bibliothèque néogothique de Stowe House commanditée par George Nugent-Temple-Grenville, 1er marquis de Buckingham. Cette peinture héraldique est large de 1,4 m juxtapose 719 quartiers des familles Temple, Nugent, Brydges, Chandos et Grenville, incluant dix variations des armoiries royales anglaises, les armes de Spencer, de De Clare, de Valence, de Mowbray, de Mortimer et De Grey… Mais ce type de composition est artificielle, et ne montre que des « alliances » ; Pour les puristes, et pour une bonne lisibilité, les armes personnelles doivent rester simples.

Une bibliographie raisonnée de l’héraldique mériterait un chapitre à elle seule, tant les références sont nombreuses.

Sur les autres projets Wikimedia :

Escala de coma de Glasgow

La escala de coma de Glasgow es una escala diseñada para evaluar de manera práctica el nivel de consciencia en los seres humanos.

Fue creada en 1974 por Bryan Jennett y Graham Teasdale, miembros del Instituto de Ciencias Neurológicas de la Universidad de Glasgow, como una herramienta de valoración objetiva del estado de conciencia para las víctimas de traumatismo craneoencefálico.

Su precisión y relativa sencillez extendieron posteriormente su aplicación a otras patologías traumáticas y no traumáticas.

La escala está compuesta por la exploración y cuantificación de tres parámetros: la apertura ocular, la respuesta verbal y la respuesta motora. Dando un puntaje dado a la mejor respuesta obtenida en cada categoría. El puntaje obtenido para cada uno de los tres se suma, con lo que se obtiene el puntaje total. El valor más bajo que puede obtenerse es de 3 (1 + 1 + 1), y el más alto de 15 (4 + 5 + 6).

4 puntos
3 puntos
2 puntos
1 punto

5 puntos
4 puntos
3 puntos
2 puntos
1 punto

6 puntos
5 puntos

4 puntos

3 puntos
2 puntos
1 puntos

En el traumatismo craneoencefálico la puntuación obtenida es el elemento utilizado para definir la severidad del cuadro acorde a la clasificación de Gennarelli, y es útil para definir algunas de las conductas diagnósticas y terapéuticas durante el manejo inicial. Su aplicación en exploraciones repetidas permite realizar un seguimiento de las fluctuaciones del estado de conciencia, de gran utilidad en la fase temprana de tratamiento.

Sixième congrès du Komintern

Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Le Sixième congrès du Komintern (aussi connu sous le nom d’Internationale communiste) a eu lieu en juillet/ et a vu le Komintern, désormais sous la domination exclusive de Staline, affirmer une nouvelle stratégie dite « classe contre classe », caractérisée par une hostilité radicale à l’égard de la social-démocratie. Cette nouvelle orientation manifeste l’importance du « complexe obsidional » dans la politique soviétique (idée que l’URSS est une citadelle assiégée), le risque d’encerclement étant aggravé, dans la perspective de la diplomatie soviétique, par la collaboration des sociaux-démocrates occidentaux avec les capitalistes.

Le 6e congrès adopte un rapport de Boukharine sur l’activité du CE, un programme, des statuts. Boukharine prononce le discours de clôture.

HD 58346

Coordinate: Carta celeste

HD 58346 è una stella bianco-azzurra nella sequenza principale di magnitudine 6,2 situata nella costellazione del Cane Maggiore. Dista 652 anni luce dal sistema solare.

Si tratta di una stella situata nell’emisfero celeste australe; grazie alla sua posizione non fortemente australe, può essere osservata dalla gran parte delle regioni della Terra, sebbene gli osservatori dell’emisfero sud siano più avvantaggiati. Nei pressi dell’Antartide appare circumpolare, mentre resta sempre invisibile solo in prossimità del circolo polare artico. Essendo di magnitudine pari a 6,2, non è osservabile ad occhio nudo; per poterla scorgere è sufficiente comunque anche un binocolo di piccole dimensioni, a patto di avere a disposizione un cielo buio.

Il periodo migliore per la sua osservazione nel cielo serale ricade nei mesi compresi fra dicembre e maggio; da entrambi gli emisferi il periodo di visibilità rimane indicativamente lo stesso, grazie alla posizione della stella non lontana dall’equatore celeste.

La stella è una bianco-azzurra nella sequenza principale; possiede una magnitudine assoluta di -0,31 e la sua velocità radiale positiva indica che la stella si sta allontanando dal sistema solare.